Concert du 10 Janvier 2020 raconté par Pauline Marmaï

L’homme de la route

Aujourd’hui, le Concert sur le pouce accueille l’accordéoniste Bruno Maurice et le clarinettiste Jacques Di Donato, deux musiciens chevronnés qui ont conjugué leur talent pour donner naissance à un tout nouvel album : L’Homme de la route.

Dès 12 :00, l’espace Saint-Pierre commence à se remplir. L’occasion pour les capricieux de se souhaiter la bonne année autour d’un repas partagé. Dans le public, des élèves clarinettistes du conservatoire sont venus admirer la virtuosité de Jacques Di Donato.

12 :30, la salle est remplie, le public impatient. Ça y est, le concert démarre.
Comme à son habitude, Olivier le médiateur des Caprices de Marianne présente avec un savant mélange de savoir et d’humour le concert du jour. Il en profite également pour présenter les nombreux projets de l’Association pour cette nouvelle année comme par exemple une belle exposition, de quoi nous mettre l’eau à la bouche.

Bruno Maurice entre, suivi de Jacques Di Donato, et en avant la musique !
C’est Bruno Maurice qui ouvre le premier morceau : l’accordéon bouge, mais ce ne sont pas des notes qui en sortent, seulement un souffle qui vient imposer le silence dans la salle. Petit à petit, les accords viennent se rajouter, puis la clarinette. Le tout créé une atmosphère paisible : les deux artistes sont en parfaite symbiose et le temps a l’air de s’être arrêté.

Entremêlés avec cette sérénité, on trouve de courts passages plus vifs, plus graves, presque dissonants, créant ainsi une rupture qui intrigue le publique.

A la fin du premier morceau, Bruno Maurice et Jacques Di Donato présentent leur album L’Homme de la route : inspiré par un homme du village de Jacques Di Donato qui ne cessait de courir, cet album est le fruit d’un travail acharné mais surtout de l’amitié des deux musiciens.
Jacques Di Donato nous fait rire avec le choix de ses titres : « Siège 54 » pour une dame un peu trop bavarde assise à ce siège, « Slap » qui correspond à une technique instrumentale que l’artiste n’a jamais su maîtriser, ou encore avec la « Suite en trois volets » dont le nom de ces volets est tout simplement « Le 1er », « Le 2nd » et « Le 3ème ».

La suite du concert se passe dans la même ambiance mêlant douceur et moments farfelus.

La « Valse à Hum » me fait ressentir un fort sentiment de mélancolie, et me donne envie de partir en voyage.

« L’Homme de la route » est plus intense : Bruno Maurice lit un poème pendant qu’il s’accompagne à l’accordéon en compagnie de Jacques Di Donato à la clarinette. Ils captent toute l’attention du public qui hoche la tête au rythme de la clarinette.

La « Suite en 3 volets » interloque le publique : certains froncent les sourcils, d’autres ouvrent grand les yeux.

Le concert se clôt sur une chanson inventée par Bruno Maurice : « Chanson pour toi ». Elle est en fait composée de plusieurs airs connus de tous comme « Mon amant de Saint-Jean » ou « L’accordéoniste ». Il n’en fallait pas plus au public pour pousser la chansonnette : tous ensemble, nous fredonnons ces airs, créant ainsi un moment émouvant de chaleur et de nostalgie.

Pouvait-on rêver mieux pour commencer l’année ?

Alors au 14 février !

Pauline.

Les autres concerts

X