Concert du 5 avril 2019 raconté par Marc-Antoine Pascoal

récital piano à quatre mains

5 avril 2019, nous nous retrouvons comme tous les mois au centre d’animation Saint Pierre pour notre concert sur le pouce. Le public découvre David Violi et Célimène Daudet pour un concert de piano à quatre mains qui s’annonce d’ores et déjà grandiose.

Aujourd’hui, c’est Marc-Antoine Pascoal chargé de communication des Caprices, qui se prête à l’exercice et nous raconte ce concert avec ses mots.

 

Récit :

 

10h30 : 

Sous la brume bordelaise, un camion attend stationné dans une ruelle étroite.

Derrière, un automobiliste s’agace visiblement gêné par cette inertie. Le temps s’est arrêté, quelque chose se profile à l’horizon.

Mais ce calme n’est que de courte durée, l’agitation se fait sentir, on nous demande de l’aide, des indications, il faut croire que le piano nous attend … Le voilà, enfin.

Enveloppé sur cette étrange monture qui le transporte, le piano déambule avec aisance sur les quelques mètres qui le séparent de la scène.

« Tu sais, cela ressemble aux robots que l’on envoie sur la lune » me fait remarquer Olivier, le médiateur des Caprices. Il n’a pas tort.

Impatient et curieux de voir pour la première fois cet écrin noir de mes propres yeux, le piano révélé et majestueux prend enfin place dans le centre d’animation comme le présent tant attendu.

Cet instrument qui cristallisait en moi tout un imaginaire, je pouvais enfin l’admirer, le toucher et bientôt, je pourrai l’écouter me raconter des histoires.

 

11h45 :

La salle se remplit petit à petit, il semble y avoir davantage de monde qu’à l’accoutumé, en même temps un concert de piano à quatre mains, ça ne laisse pas indifférent.

Quelques notes résonnent par ci par là, les musiciens exercent leur doigté. Les gens conversent, choisissent leurs places avec attention. Certaines personnes s’interrogent sur le menu du jour ne connaissant pas les morceaux qui vont y être interprétés. D’autres s’exaltent de reconnaitre des compositeurs qu’ils affectionnent.

Pour mon deuxième concert sur le pouce, je retrouve des visages familiers et j’en découvre de nouveaux et finalement l’auditoire prend forme …

 

12h30 :

Les musiciens s’installent, un silence presque solennel se fait sentir dans la salle, toute l’audience a les yeux rivés sur le piano. Vous savez, c’est un peu comme ce calme avant la tempête, on retient son souffle et puis soudain …

Une douce mélodie retentit, envoûtante, poétique. Ce sera le début d’une longue ballade où chacun se laisse porter à sa guise.

Magnétiques, hypnotisantes mes yeux restent scotchés aux mains des pianistes qui s’amusent des touches avec grâce. La musique ne leur appartient plus, elle s’échappe et vogue à qui veut bien l’entendre.

Ces histoires virtuoses qu’ils nous racontent tout au long du concert deviennent les nôtres et nourrissent dans la salle la sensibilité de chacun.

Certains ferment les yeux et se laissent porter, à coté de moi Daphné, harpiste aux Caprices, sèche ses larmes visiblement émue.

Le public semble envoûté, conquis. Et si c’était ça la musique …

Les autres concerts

X