Histoires de…

Dans le projet imaginé entre l’institut Bergonié et Les Caprices de Marianne, l’humain est au centre. L’humain, dans toutes ses dimensions, y compris celles qu’on cache, celles qu’on ne montre pas au travail, mais qui, précisément nous travaillent. Là où les mots manquent, trahissent l’impudeur, il y a la musique. Car oui, pour dire, on peut aussi faire dire tant l’histoire de la musique est riche de destins, de bonheurs et de malheurs qui nous sont parvenus par l’écriture et peuvent se revivre, se transmettre à l’envie, en branchant un casque ou en allant écouter un concert.

De jour comme, peut-être de nuit, en immersion dans un des services de l’institut pendant un mois, les Caprices de Marianne, par le biais de leur médiateur viendra recueillir la parole de quelques personnes anonymes oeuvrant à l’hôpital et désireuses de faire connaître leur quotidien à l’occasion d’entretiens in vivo menés conjointement avec Ines X. Ces temps d’intimité et de respiration seront croisés d’un ou de plusieurs temps d’écoute d’une ou de plusieurs oeuvres, choisies pour leur couleur et leur résonnance avec ce que notre immersion aura permis de faire émerger, pour dessiner une photographie musicale représentative du service, de sa vie et, avant tout, des individus qui le composent.

À l’issue de cette immersion réalisée sur le modèle sociologique de l’observation participante, les Caprices de Marianne se propose de faire naître un objet radiophonique où la parole sera retranscrite, compilée et racontée par un témoin : notre médiateur. Véritable tissage humain et sonore, on y entendra aussi les extraits musicaux qui auront touché les participants, ainsi que des destins particuliers, ceux des compositeurs. On ne reconnaîtra pas nécessairement qui parle dans le micro. Est-ce une chirurgienne ? Un agent d’entretien ? Un musicien viennois ? Un pianiste parisien ? 

Pour couronner le tout, et inaugurer la naissance d’une prise de parole que nous voulons innovante, un concert sera donné dans les murs de l’institut. Un concert où seront joués les compositeurs évoqués et entendus en entretien, les oeuvres que l’on retrouvera dans le montage sonore et peut-être discrètement quelques témoignages, en guise de programme pour donner un sens à notre présence et faire de ce moment plus qu’une forme rigide, une chronique humaine et musicale.

X