Pièce musicale et poétique

Les oreilles, selon le mot de Pascal Quignard, écrivain et musicien,
« n’ont pas de paupières ». Toujours ouvertes, et plus sensibles encore la nuit lorsque la vue se retire, elles symbolisent l’expérience profondé- ment corporelle qu’est la musique. C’est pourquoi l’émotion que pro- cure la musique a toujours eu de profondes affinités avec la nuit.

La « Nachtmusik », ou « musique à l’heure de la veillée »a précédé une riche tradition de nocturnes, de Beethoven à Schumann, du Clair de lune de Debussy aux Nocturnes de Chopin. De Musset à Verlaine, en passant par Rimbaud et Apollinaire, les poètes eux-aussi n’ont eu de cesse de célébrer la nuit.

Musique et poème entrelaceront leurs voix si différentes et si complé- mentaires pour proposer un nouvel « hymne à la nuit ».C’est dans un écrin de verdure étoilé, au cœur d’une ambiance poétique et intimiste parsemée de dizaines de bougies (artificielles) que Les Caprices de Ma- rianne joueront et tenteront de « rallumer les étoiles » dans les yeux des spectateurs.

Le public est guidé par une déambulation lumineuse dans le parc ou le bois pour arriver jusqu’au lieu du concert, une clairière à ciel ouvert.

Durée : de 45 min à 1h
Fréquence : ponctuel
Public : tout public
Equipe artistique : deux musiciens (harpe et violoncelle), une conteuse et un technicien

Lieu : de préférence en extérieur à la tombée de la nuit, tout lieu possible

Vidéo hymne à la nuit

X