Matthieu Sternat, contrebassiste

Matthieu Sternat, contrebassiste

Pour Matthieu Sternat, la musique c’est la vie, l’envie, le plaisir, la liberté, la curiosité, la convivialité … beaucoup de travail et de persévérance. Ses premiers contacts eurent lieu au CRR de Douai dans le Nord en 1980 : le piano avec Madame Ruegg, puis révélation musicale de la contrebasse avec Jean Loup Dehant , sur la précieuse suggestion de Christian Lamidey, son professeur de solfége.

Première pratique collective à l’harmonie municipale de Lambres-lez-Douai. Première fosse d’opéra: Francis Lopez au théâtre de Douai. Passage au CNSM de Paris en contrebasse auprès de son Maitre vénéré Jacques Cazauran qui lui a inculqué la rigueur nécessaire pour trouver son chemin et sa liberté artistique.

Quelques rencontres marquantes ont parachevé sa formation : Léonard Bernstein, Slava Rostropovitch, Jean-Pierre Rampal, Pierre Boulez, Salvatore Accardo….. Orchestre Français des Jeunes, Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne ( ECYO)….

En 1991, il est nommé contrebasse Solo à L’ONBA.

Parallèlement il découvre alors d’autres univers musicaux : Le tango auprès du Maestro Juan José Mosalini qui lui « offre» la musique d’Astor Piazzola. Le Klezmer avec ses comparses enthousiastes Stéphane Rougier au violon et Fernando Millet à la guitare. Musique de chambre et de plaisir : Arlequin et Colombine (formation cello, piano, contrebasse) avec sa complice Lili Gautier (cello). Boismortier croise Offenbach et Mickael Jackson, le tout illustré théâtralement par leur ami Thierry Rémi.

2016 constitue pour Matthieu Sternat, un nouveau départ : création du festival « Musiques à Croquer » à Bordeaux. Diverses générations et origines sociales assistent à des chocs esthétiques et artistiques au travers de concerts de 45 mn. Jazz, classique, danse, théâtre, baroque….

En 2017, l’aventure continue, 2ème édition du festival, désir et enthousiasme mènent souvent sur des chemins surprenants et inattendus…

Les autres Capricieux

X